Je m’appelle Camille et en août 2015 à 41 ans, j’apprends que je suis atteinte d’un cancer du sein agressif de grade 3, un cancer que l’on ne savait pas soigner il y a 15 ans. Cette maladie je vais devoir la combattre avec des traitements lourds durant 1 an et demi. C’est la douche froide. Comment est-ce possible ? Je n’ai que 41 ans, je suis à la moitié de ma vie, et à aucun moment je ne m’imaginais tomber malade. Tout du moins pas maintenant. Après le choc de l’annonce du diagnostic, je vais pourtant devoir affronter cette réalité qui va m’entraîner dans un monde totalement nouveau pour moi. Cette période difficile de ma vie, je l’évoque dans ce journal de bord, qui retrace mon quotidien : les examens, l’opération, les traitements, les rendez-vous avec les médecins, etc… je raconte tout sans tabou de l’annonce de la maladie jusqu’à ma rémission.

Dans une deuxième partie je m’interroge sur l’origine de ce cancer. Une mammographie effectuée 2 ans plus tôt n’avait signalé aucun problème. Comment pouvais-je alors avoir développé une tumeur de 2 centimètres en si peu de temps ? Pour mieux comprendre, je vous propose de faire un petit retour en arrière dans ma vie, plus précisément, à partir du moment où j’ai rencontré Julien, mon compagnon actuel, c’était en 2009. Très vite nous avons souhaité devenir parents, mon âge avancé (37 ans) faisant qu’il ne fallait pas traîner. Après presque 2 ans d’essais, nous avons décidé d’avoir recours à de la procréation médication assistée, en juillet 2013. J’ai alors suivi des traitements hormonaux pendant presque 2 années. En vain, ce fut un échec à chaque fois. Comble du sort, en juillet 2015, 2 mois après le 5ème et dernier essai, une boule est apparue dans mon sein droit…

J’étais venue chez mon gynécologue spécialisé en fertilité pour avoir un enfant, je suis repartie avec un cancer…