En écrivant mon histoire, je me suis rendue compte à quel point il y avait une « omerta » autour de la PMA. Hormis cet article de Marie-Claire autour du lien possible entre FIV et cancer, personne ne parle des complications éventuelles et des échecs, qui concerne 1 couple infertile sur 2. Et je dois bien avouer qu’il est difficile de se faire entendre et de susciter l’intérêt sur ce sujet là.

Pourtant c’est de la santé des femmes dont il s’agit, sachant que 10 % des couples ont recours à la procréation médicalement assistée.

Tout ce dont on nous parle, « c’est qu’en France 1 enfant sur 30 (3,4%) est désormais concu grâce à l’AMP, qu’il s’agisse de fécondation in vitro (FIV) ou d’insémination artificielle (IA). La FIV est à elle seule à l’origine de la naissance d’un enfant sur 40.

Cette proportion croît de manière linéaire depuis plus de trois décennies. Globalement, 300 000 enfants ont été conçus par FIV entre 1981 et fin 2014. Si la tendance se poursuit, un total de 400 000 sera atteint fin 2019″.

Ça c’est le tableau de la PMA, qui a de beaux jours devant elle visiblement. Et puis il y a l’autre face, la « darkside » comme je l’appelle, que l’on préfère ne pas évoquer car ce n’est pas très bon pour le business.

Ce côté obscur, on l’aborde beaucoup plus dans les pays anglo-saxons. Grâce à très brillante brunette que je remercie, je suis tombée sur le blog américain Reprotechtruths. Tous les articles sont en anglais mais c’est une véritable mine d’or. Vous y retrouverez notamment des témoignages de personnes pour qui la procréation médicale assistée n’a pas fonctionné et notamment le mien qu’ils ont accepté de publier. Il y a aussi une compilation d’articles autour de l’industrie de la PMA et des risques. Allez-y, n’hésitez pas à le consulter car il faut qu’il y ait plus de transparence autour de l’AMP…

13 réflexions sur “L’omerta qui règne autour de la PMA

  1. Une seule fois en 8 ans le sujet du cancer a été abordé. C’était lors de notre dernière tentative, le médecin au vue de notre long parcours nous a dit que ça valait le coup de tenter encore une fois, mais que ce serait la dernière vu le nombre important de stimulation, le risque de cancer devenait important et il fallait qu’on réfléchisse à un plan B.
    Aujourd’hui, je suis enceinte, c’est inespéré et mon jugement est peut être faussé… je te rejoins sur le manque d’information mais pour ma part je ne suis pas certaine que ça aurait changé mes choix. Avec plus de prudence les médecins auraient peut être renoncé à poursuivre les Fiv… je ne sais pas…
    Une chose est sûre pour celle qui ont subi tous ces
    traitements des dépistages précoces pourraient être envisagés…
    Mais chacune devrait pouvoir choisir en toute transparence.

    J'aime

    1. Le médecin a eu l’honnêteté de t’en parler et je suis ravie que cette dernière tentative ait été la bonne. Dans tous les cas je pense qu’il y a un manque de transparence et d’information quand on démarre ce genre de traitements. Je pense également que nous sommes tellement obsédées par notre désir d’être mère qu’on en oublie de penser à soi.

      Aimé par 1 personne

Répondre à aquelprix Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s