Nuit cauchemardesque. Jour de la biopsie. Je comprends que cet examen sert à confirmer le diagnostic car il y a déjà de fortes suspicions dans mon cas, la mammographie étant classé ACR5 au niveau de mon sein droit. Dans la salle, où j’attends mon compte rendu, je craque et je me mets à pleurer. La radiologue revient me voir, avertie par mon état :
« Vous savez le cancer du sein se soigne très bien, c’est le seul cancer que l’on guérit. Ne vous inquiétez pas et donnez-moi de vos nouvelles ».
Ce jour-là, j’erre comme une âme en peine dans les rues de Paris, telle une personne ivre. Comment allais-je annoncer cela à Julien ? Mon Dieu, ce n’est pas possible. Dites-moi que je rêve. Cela ne peut pas m’arriver, pas à moi, pas à mon âge. Comble du sort, j’ai de nouveau rendez-vous avec mon gynécologue le 17 septembre prochain pour évoquer la possibilité de faire appel à un don d’ovocyte.

Quelques jours plus tard, soit le 6 août 2015, 2 ans, 2 semaines et 4 jours après avoir effectué ma première mammographie qui n’avait révélé aucun problème, mon médecin m’annonçait que j’étais atteinte d’un cancer du sein…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s